Bali : Les indispensables

Rizières à Ubud, Bali
Rizières à Ubud, Bali

BALI

Réveil sur un champ de bananiers..
Réveil sur un champ de bananiers..

Bali l'île des dieux et son charme transcendant. Elle est l'île Indonésienne la plus connue. Mais aussi la seule île majoritairement hindouiste . Vivant du tourisme ce petit bout de terre collé à l'île de Java a beaucoup à offrir... 

Cette île m'a toujours fait rêver.. Rien qu'en entendant ce nom, je sentais déjà les effluves de fleurs exotiques.. Une île aux fleurs enchanteresque, un petit paradis sur Terre. 

 

Quasiment collée à son immense voisine l'île de Java

Bali l'hindouiste bénéficie d'une économie florissante grace au tourisme.

 

Malgré les attentats qui l'ont touché en 2002, elle ne désempli pas. Et pour cause, l'île aux offrandes omniprésentes, abrite des paysages idylliques:  rizières en restanques, villa de luxe, plages aux vagues légendaires, on y trouve pour tout les goûts. 

Vous hésitez à rejoindre depuis Bali, les îles Gilis et Lombok ? Les détails c'est par ici !


Mais que représentent les offrandes à Bali ?

A Bali, vous verrez partout des petites offrandes, sorte de petits paniers en feuille de palmier avec à l'intérieur : du riz, des fleurs, de la nourriture ou des cigarettes..!

 

Il faut distinguer deux types d'offrandes à Bali :  

1. Celles qui sont par terre sur la route, ou devant les maisons, sont destinées aux démons et contiennent de la nourriture avariée, des fleurs, des cigarettes etc.

2. Celles situées en hauteur, sur les temples ou devant les maisons contiennent surtout de la nourriture sucrée, des fruits..et sont destinées aux Dieux, apaisant ainsi les esprits et apportant prospérité aux familles. 


Denpasar

Arrivée à l'aéroport de Denpasar de nuit après 3 vols et une longue escale à Taïwan, aaah je suis heureuse d'être enfin là ! L'aéroport est dans la ville donc il est facile de se déplacer.

Une humidité omniprésente et des scooters partout. Ca et là des petits stands de nourritures de rue à peine éclairés. La capitale de Bali, Denpasar est la plus grande ville de l'île. Assez bétonnée, la Sunset road : une 2x4 voies traverse la ville. Située au sud de Bali, elle abrite de nombreuses communes à l'ambiance tout aussi différente..

 

Tips numéro 1 : Louer un scooter pour se déplacer c'est bien plus pratique, mais gare à la police..

Canggu

Echo Beach à Canggu
Echo Beach à Canggu

Canggu : prononcez Tchangou (bon d'accord moi aussi j'ai prononcé Kangoo comme la voiture) est situé à quelques kilomètres seulement au Nord de Denpasar.

Canggu offre une atmosphère de village hyper agréable, avec pêcheurs et petites baraques sympas. L'ambiance y est détendue, et de nombreux surfeurs s'y pressent, comme partout à Bali. De gros rouleaux déferlent sur toute la côte.

 

On passe quelques nuits dans le coin, dans une petite guest house neuve tenue par des hollandais et passionnés de surf : Solid Surf House.

 

Possible, comme partout dans l'île de prendre des cours de Surf, ou d'aller de spot en spot avec son scoot et son Rak (dispositif pour accrocher la planche de surf sur son scoot) On ne déroge pas à la règle, mais passons avant cela voir un petit temple hindou au bord de l'eau où se tient une cérémonie. 


Un peu de Vodka..euuuh d'essence ?!
Un peu de Vodka..euuuh d'essence ?!

Nous nous arrêtons faire un peu d'essence -petrol- joliment présenté au bord de la route, dans des bouteilles de Vodka, à ne pas confondre :)

 

L'attraction de Canggu le soir venu se trouve être : le Deus Ex-Machina, un shop qui fait des customs de motos mais aussi de boards. Ils ont un grand bar/resto à l'arrière de leur boutique et il y a souvent des concerts. Nous y allons avec plaisir pour y boire quelques bières avec les hollandais de notre Guest House, top. 

 

Sinon où manger à Canggu ? Chez Monsieur Spoon : pour ses smoothies ultra frais et ses tartines vitaminés.

Et pour le soir sur la plage de sable noir: Echo Beach, un restaurant propose de choisir vos poissons/ crustacés et de les griller devant vous. Délicieux. La vie est douce à Canggu...

Kuta...strophe

Kuta.

Je connaissais vaguement le nom, et je pensais plutôt trouver un petit village balinais, quelle erreur!

C'est l'endroit où atterrissent la plupart des touristes.

Situé seulement à 3 kilomètres de l'aéroport, ici on trouve hotels, et clubs de vacances. Des boutiques alignées les unes à côté des autres vendant toutes le même T-shirt Fluo "Bintang" (la bière locale).

 

Des nights clubs comme le Sky Garden offrent une ambiance occidentale et assez jeune, mais on y trouve aussi des massages en tout genre, un Mc Do, un centre commercial..

Bref une vraie petite ville de bord de mer pas franchement typique. 

La plage n'est pas forcément terrible et bondée de groupes de surfeurs débutants. Difficile de se baigner au risque de se prendre une planche en mousse en perdition.

Aller à Kuta pour manger ou faire une course passe encore, mais il y a des endroits beaucoup plus sympas à seulement quelques kilomètres de là. Je dirais que Kuta à un petit air de la Grande Motte version Bali... Mais bon on reste quand même à l'autre bout du monde. 

 

Dans la commune de Kuta se trouve aussi Seminyak, l'endroit "posh" du coin.

Ici les petite boutiques font places aux murs surélevés pour cacher les villas avec piscine privée. C'est un quartier plus résidentiel où les maisons avec personnel sont toutes plus luxueuses les unes que les autres. Cela dit, les villas Balinaises sont très jolies et bien pensées. Le mobilier est très travaillé : tables en bois massif, piscine intérieure, pièces ouvertes sur le jardin..

 

Où Boire un verre à Seminyak ?

Au KU DE TA , au bord de l'eau, parfait pour chiller quelques heures

Notre scoot avec le Rak pour la planche dans les rues de Bali !
Notre scoot avec le Rak pour la planche dans les rues de Bali !

Nous descendons pour les jours qui suivent dans le sud de la péninsule de Bukit pour en faire le tour, avant de prendre la bateau à Sanur, le port de Denpasar, pour se rendre à Nusa Lembongan une petite île voisine. 

 

Nous prenons sur la route en scooter.  A la fin de la Sunset Road, la route qui traverse Denpasar, nous ne faisons pas exprès et restons quelques secondes par inattention dans la file de gauche, qui tourne, alors que nous allons tout droit.

 

Entendant quelques coups de klaxons, un policier rodant dans les parages nous saute dessus. Et Meeeerde....

 

Petite (mésa)Aventure avec la Police Indonésienne

Après avoir entendu toutes ces histoires avec la police Indonésienne, on ne rigole pas vraiment.. Il nous emmène dans son poste à coté et ferme la porte. La police Indonésienne, comment dire ? Mieux vaut ne pas avoir affaire à elle. C'est pas des comiques. Ils sont deux, habillés en uniforme vert kaki militaire.

La télé en noir et blanc en bruit de fond, ils ne parlent pas. Un vrai cliché. Puis l'un s'aventure à un : "Where do you come from ?" et prend nos papiers. Et la sentence tombe : Non présentation de permis international + perturbation du trafic = 3,5 Millions IDR  (soit 245€, une fortune ici, et une belle somme pour nous aussi )

 

Il nous dit aussi qu'il faudra se présenter au tribunal de Denpasar le 27 Août pour récupérer le scooter et les papiers (Quoi ? on est sensé rentrer le 20 en France..)

 

Bon là on se regarde, et on se comprend : il nous met la pression,  il va falloir négocier avec lui, mais le type n'est pas commode.

Il a flairé des pigeons, en effet à Bali les locaux conduisent sans permis (c'est des scooters 50cm3) mais pour les touristes le moindre bakchich est bon à prendre !

On s'arme de patience, et on commence à négocier, on lui dit qu'on a pas cette somme... qu'on ne savait pas. Enfin tout ce qu'on peut dire pour faire baisser la mise. Et on s'en sort bien ! Il accepte de nous "libérer" et nous rendre nos papiers pour 500.000 IDR soit 35€, qui partiront directement dans sa poche..

Tips numéro 2 : Ayez toujours un permis international à Bali, même pour conduire un 50cm3. 


Jimbaran

Un peu échaudés par cette étape policière, nous nous arrêtons donc à Jimbaran, qui correspond en partie au banc de sable reliant la péninsule de Bukit à l'ile de Bali. Comme partout sur l'île il y a des vagues, mais le paysage est différent à Jimbaran : tout la partie au Nord est très  plate.

 

Tout est bien qui finit bien et on part surfer, des amis nous on rejoint. La plage de Jimbaran est très étalée, mais il y a beaucoup de vagues et de courant.

 

On mange dans un petit resto de bord de mer. Jimbaran est connue pour être un port de pêche et le poisson y est ultra frais ! Je suis ravie de manger solide, après avoir bu 10 litres d'eau de mer..en essayant de prendre de vagues en surf.. L'endroit abrite aussi de nombreux resorts / villas mais l'air est plus respirable qu'à Kuta. 

Péninsule de Bukit

Uluwatu à marée basse
Uluwatu à marée basse

Attention Coup de coeur ! Au sud de la péninsule de Bukit se trouvent les spots de surfs les plus prisés de Bali dont Uluwatu et Padang-Padang font partis.

Nous dormons quelques jours dans un petit Surfcamp, le Bombora situé sur les hauteurs de la Falaise d'Uluwatu. Petit dej organic devant la guest house au Buddha Soul.

 

Padang-Padang, situé à quelques encablures de là est une plage de sable, longée de petits restaurants en bois appelés "Warung"

 

Uluwatu, en bas d'une falaise abrupte dévoile un spot magnifique (reefbreak) à ses pieds. Ces spots sont pour les surfeurs expérimentés car les vagues cassent quasiment sur la falaise et le corail est à fleur d'eau. Je regarde les surfeurs sortir de l'eau, et beaucoup d'entre eux ont des lacérations sur le dos ou les jambes. Aie. Il est possible de descendre sur le spot à marée basse, où même une petite piscine se créée.

 

Que faire à Uluwatu ?

 Le long de la falaise se trouvent pleins de bars,  restos et de boutiques en restanque. Le soir venu le spot est rempli de monde, on y descend par de petit escaliers et y passer pour le coucher du soleil est définitivement une étape obligatoire. Des locales, qui viennent souvent des îles voisines vous proposeront des massages des épaules pour quelques centaines d'IDR, et vous pourrez siroter une Bintang tout en discutant avec d'autres voyageurs et regarder les surfeurs raconter leurs exploits de la journée.



Temple d'Uluwatu Pecatu :
 Ce temple hindouiste est situé lui aussi en haut de la falaise du même nom.

Quelques singes voleurs traînent par là, gare aux lunettes et autres appareils. Coucher de soleil dans un cadre idyllique. Il se tient le soir à la haute saison un spectacle de danse balinaise dans une arène bétonnée, nous ne l'avons pas fait, mais vous pourrez trouver plus authentique.

On est parti faire une virée en scooter sur la falaise, sur la route, quelques restos proposent des barbecues de poissons ou satays. Parfait pour finir la journée. J'ai vraiment adoré Uluwatu. 

 

Tips numéro 3: Dans la péninsule de Bukit non loin de là se trouve la magnifique plage de Finn's Beach à Ungasan.

Une plage privée accessible seulement en Funiculaire, il faut débourser un peu d'argent pour y descendre,  mais le lieu et la descente  valent le détour.


Nusa Lembongan

Pont suspendu entre Lembongan et Ceningan
Pont suspendu entre Lembongan et Ceningan

Cette petite île méconnue est située en face de Sanur, le port de Denpasar.  Peu éloignée de Bali, elle est malgré tout peu touristique, historiquement dédiée au commerce et à la culture d'algues marines. Arrivés en bateau depuis Sanur, sans trop savoir à quoi s'attendre: 

 

Nous découvrons une île authentique reflétant le Bali d'antan

 

Nusa Lembongan est reliée par un pont suspendu, pour les piétons et 2 roues, à Nusa Ceningan, sa voisine. Ces deux îles font face à une mystérieuse grande île : Nusa Penida. Cette dernière, est selon la culture locale l'île des démons et elle porterait malheur. Elle est inhabitée ou presque... 

Nous louons un scooter à un local, et partons faire le tour de l'île, encore très sauvage et très vallonnée. 

Des locaux enjoués, un petit marché aux poissons. Des scooters partout, ici les voitures ne circulent pas.

 

Nous relions en 30 minutes en scoot  l'île voisine de Ceningan, en traversant de tout petits villages. Quelques enfants vendent des bijoux. A Ceningan il y a quelques hôtel et restaurants, mais l'île reste assez isolée. La vue est trop belle, les enfants nous saluent tous. 

 

Pirate Beach club à Ceningan
Pirate Beach club à Ceningan

A Ceningan on s'arrête boire un verre au Pirate Beach Club, l'endroit est superbe. Une petite piscine ici en plein milieu de nulle part et une déco pas mal du tout pour des allures de bout du monde ! On devine au loin les champs d'algues avec les tiges en bois servant de fixation, qui dépassent à marée basse.

Sur la route entre Lembongan et Ceningan une enfant vendant des bijoux
Sur la route entre Lembongan et Ceningan une enfant vendant des bijoux

Nous devions rester une seule nuit sur cette île. Mais finalement son charme fou et sa tranquillité nous ont conquis pour 3 nuits. 

Il y a quelques spots de Surf, des reef breaks : Playground, Laceration et Shipwreck qui globalement ne sont pas bondés. Certain se trouvent en mer et il faut ramer ou prendre le Taxi boat pour les rejoindre.

 

Mushroom bay sur Lembongan offre quelques spots sympas pour manger et boire un verre, et l'endroit est facilement accessible à pied. Il fait bon vivre sur cette île où l'on côtoie facilement les locaux. Le lendemain nous allons plonger sur un tombant de corail : The Wall, et voyons même des raies Manta ! 

Vue en hauteur de Lembongan, où l'on devine les champs d'algues et la barrière de corail au loin
Vue en hauteur de Lembongan, où l'on devine les champs d'algues et la barrière de corail au loin

Ubud

Temple Saraswati à Ubud
Temple Saraswati à Ubud

Aaaah Ubud. Encore une étape inratable dans un voyage à Bali. Nous reprenons la route depuis Sanur et rejoignons cette ville dans les terres située à 1h00 de là. Ubud fait parti du circuit classique Bali : Kuta/Seminyak/Ubud. Mais qu'importe, cette ville est une escale immanquable.

L'air y est plus frais, et les rizières vallonnées sont partout. La ville a des aspects de jungle luxuriante et la végétation abonde.

 

Notre guest house est située à l'orée de la ville. Typiquement Balinaise, elle ressemble à un temple. Nous avons même dans notre chambre, un patio orné de bois sculpté.

Le marché Central d'Ubud

Situé  au carrefour de Jl Monkey Forest et de Jl Raya, nous partons faire un tour au Marché central, qui regorge de pièces sympathiques..  et d'autres moins ! 

Mais s'il y a un marché à faire à Bali, c'est bien celui là.

 

On y trouve toutes sortes de pièces en bois, nacre, sacs, statuettes, ou même de chapeaux de cérémonies Balinaises. Bien sur plein de stands de street food nous font attendre tranquillement l'heure du déjeuner.

Où manger à Ubud ?

A propos de Déjeuner, Ubud regorge de Warung les gargotes locales, où l'on choisi son plat derrière une petite vitrine en verre : riz parfumé, nasi ou mi-goreng (les spécialités locales) poulet épicé, beignets de toutes sortes..

Pour quelques euros seulement c'est un régal.

 

Mention spéciale pour les amateurs de viande au  Warung Bu Oka sur Jalan Tegal Sari, où la spécialité locale: le cochon de lait (Babi Guling), est une institution. 

 

Ils le font cuire pendant des heures à la broche, et la viande fondante à souhait est servie avec toute sorte de mets.


Mais qu'est ce que le  café "Luwak" tout droit sorti.. des excréments d'un animal ?

Un Luwak en plein repas
Un Luwak en plein repas

Une fois de plus nous louons un scooter à Ubud, pour faire le tour des environs, et se perdre dans les rizières verdoyantes.

Nous tombons sur une visite et une dégustation de Kopi Luwak, ou Café Luwak du nom de ce petit animal omnivore ressemblant à une fouine (Luwak veut dire civette en français) qui mange les graines de cafés, puis les rejette par ses excréments.  

 

Boire du café tout droit sorti d'excréments ne me paraît pas très appétissant, pourtant ce café a un goût spécial : entre cacao et noisette, ce qui en fait aussi le café le plus cher du monde.

Mais comment leur est donc venue cette idée ? 

Les Néerlandais, qui colonisaient Bali à l'époque avaient interdit aux locaux de toucher leur plans de café, qu'ils avaient eux mêmes introduits sur l'île. Mais les locaux se rendirent compte que ce petit animal friand de graines de café les rejetait en ayant digéré seulement la pulpe. La graine, intacte, pouvait alors être récupérée par les locaux pour être lavée et torréfiée.

Étrangement  je trouve que ce café a un plutôt bon gout, et nous en avons même goûté de plusieurs sortes, avec de la vanille ou du miel.

 

L'après midi nous retournons nous perdre dans les rizières verdoyantes et apprécier la vie locale. Nous visitons des temples et le soir allons voir un spectacle de danse Balinaise dans les rues de la ville.  

La ville d'Ubud est culturellement immensément riche, et son décor paisible en fait une étape de choix dans une découverte de Bali.

Demain nous partons aux Gilis Islands !

Écrire commentaire

Commentaires: 0