Zanzibar et Dar Es Salaam

Le boss de Matemwe, village à l'est de Zanzibar
Le boss de Matemwe, village à l'est de Zanzibar

Mais Zanzibar : un pays ou une île..?

Zanzibar, en voilà un nom qui sent les épices et le soleil...

 

Ancien comptoir Omanais, c'est un archipel, qui est tristement célèbre pour avoir été l'une des dernières enclaves de l'esclavage.

Zanzibar et ses plages désertes, se situe au sud-est de l'Afrique, au large de la Tanzanie. L'archipel fut sous protectorat Britannique jusque dans les années 60, et fait maintenant partie de la Tanzanie ex-Tanganika.

 

L'archipel de Zanzibar est formé de 3 îles: Pemba au Nord, Unguja au centre, puis Mafia au sud. 

On appelle à tort Zanzibar, l'île "d'Unguja" qui est aussi la seule île touristique sur les trois. 

Hakuna matata -> Pas de problème , en swahili , la langue officielle , résume l'ambiance générale ! 

Sunset à Matemwe (Zanzibar)
Sunset à Matemwe (Zanzibar)

DAR ES SALAAM

Sortie des classes à Dar
Sortie des classes à Dar

Mais tout d'abord, avant de prendre le bateau pour Zanzibar, vous aurez de grandes chances d'atterrir à Dar Es Salaam, et comme nous de passer une ou deux journées dans la Capitale Tanzanienne, une vraie mégalopole Africaine.

 

Arrivés à minuit à Dar.. nous avions décidé de dormir dans le quartier de Kariakoo.. Le quartier , certes, le moins recommandé pour un touriste, mais le plus authentique. Quelques sugar man traînent ci et là..

 

Après avoir tourné pendant 20 bonnes minutes en taxi, ni lui ni les gens qu'il arrête dans la rue ne semblent connaitre la rue de notre hôtel. Nous comprenons assez vite qu'à Dar es Salaam les adresses ne servent pas à grand chose.

Heureusement, je me suis rappelé suite à un commentaire sur tripadvisor qu'il y avait un KFC pas loin de l'hotel , ah et ça, le KFC tout le monde savait où il était .

Kariakoo

Kariakoo
Kariakoo

Kariakoo 8h00 du matin, réveil en fanfare, les rues grouillent de monde, le sol est sablonneux, et une chaleur écrasante s'abat dès le petit matin.

Connu pour son immense marché du même nom, Kariakoo est l'endroit parfait pour un saut au cœur de l'Afrique, un marché local avec ses couleurs, et toutes sortes de petits commerces.

 

Des fruits exotiques, des épices, beaucoup de chinoiseries, des marchands de sachets en plastiques, on y trouve de tout.

Il n'y a pas un seul touriste dans ce quartier. Et pourtant la journée malgré les regards, pas de problème apparent pour déambuler dans les rues. 

Une fenêtre sur la vie commerciale des Tanzaniens. On peut sentir également la présence des anciens colons Allemands, par la présence d'églises Luthérienne. Nous filons au marché aux poissons, (chose que j'ai par la suite regretté). Je crois que l'odeur du poisson en décomposition me hantera toujours.

 

Nous partons ensuite vers Oyster Bay à l'est de Dar, voir une coopérative locale le Wonder Work Shop où tout y est recyclé, fabriqué, sur place par des travailleurs handicapés. Très créatifs il faut admirer leurs éléphants fait de vieilles pièces de métal et observer les femmes, qui à l'arrière recyclent du papier, à la main .

Oyster Bay

Partager une bière avec des masaïs
Partager une bière avec des masaïs

Nous passons sur la route pour Coco beach, par le quartier des ambassades et organisations internationales, qui sont situées dans un lieu plus résidentiel et calme que Kariakoo , Coco Beach , est un haut lieu de rencontre détente du week end pour les locaux.

 

La plage s'étend sur des Kilomètres. Seulement là , nous sommes un jeudi après midi , et nous ne rencontrons que quelques filles de joie en mini-short, et une bande de joyeux Masaï buvant des bières.

 

Ni une ni deux, nous passons une bonne heure avec les Masaïs. Ils sont tous d'Arusha (ville au Nord de la Tanzanie, en terre Masaï) mais travaillent maintenant dans des restaurants ou des boutiques à Dar, pour envoyer de l'argent chez eux. 

 

Posture de guerrier, dents blanches et machette à la ceinture 

 

Nous discutons avec eux de tout et de rien, l'un d'eux travaille dans un restaurant de sushis, et nous donne fièrement la carte de visite de son restaurant.

Ils nous racontent leurs vies à Arusha, l'élevage des vaches, les attaques des Simba sur leurs troupeaux de vaches.. Oui oui Simba , clin d'oeil à Disney, Simba: veut dire Lion en swahili. Une rencontre haute en couleurs. 

 

Marché de Kariakoo
Marché de Kariakoo

Le soir nous mangerons dans le centre dans un resto de grillades avec influence Indienne ..

Le serveur, Jaffar, un Tanzanien, parle un Français impeccable (chose rare car la Tanzanie était une colonie Anglaise et il est n'est pas courant de trouver quelqu'un qui parle Français) .

Il nous dit qu'il rêve de voir la Tour Eiffel au moins une fois dans sa vie . Il nous demande sans détour mais très poliment : si nous pouvons le sponsoriser pour qu'il ai un VISA, ou si nous avons une connaissance pour lui trouver du travail en France...

 

Nous allons ensuite boire un verre au mythique Club Bilicanas, haut lieu de la scène "live" de Dar es Salaam. Malheureusement, ne faites pas comme nous, renseignez-vous car le jour où nous y sommes allés, un Jeudi soir, le club était VIDE.

Peut-être que l'endroit n'est plus à la mode, mais vu le nombre conséquent d'employés, je pense qu'il y a quand même du monde, mais seulement le week end. On aura le mérite d'avoir essayé. 


ZANZIBAR

Arrivée au port de Zanzibar
Arrivée au port de Zanzibar

Karibu Zanzibar : Bienvenu à Zanzibar !

 

C'est un archipel magnifique, de plusieurs îles, dont l’île principale s'appelle en réalité "Unguja" mais est appelée à tort par tout le monde Zanzibar. 

Nous partons donc en Ferry de Dar vers Unguja (Zanzibar), une traversée d'1h30 dans un bateau incroyablement récent, propre et rapide.

 

Nous sommes juste un peu énervés déçus de s'être fait voler 20K Tzs (10€..) Une somme conséquente ici, ou le salaire moyen est de 150 K Tzs.  

Et ce, par l'employée de la compagnie, qui les a fait disparaître comme par magie quand nous lui avons donné la liasse de billets pour payer nos tickets (160K Tzs au total soit 70$) .

Une combine certes connue, mais pour une compagnie nationale, assez étonnant ?! Bref après nous avoir crié dessus qu'elle n'était pas une voleuse, et menacé de nous interdire de prendre le bateau (elle avait nos noms et nos passeports) nous finissons par lui rajouter les 20K en se promettant de dorénavant toujours recompter l'argent en face de la personne. 

C'est certes pas très grave dans ce cas, mais énervant en tant que touristes de se faire prendre au quotidien pour un jambon avec ces petites arnaques. A Zanzibar : recomptez, marchandez, payez seulement à la fin et , je vous expliquerais plus tard : recomptez même vos brochettes au restaurant !

Ci dessus, les endroits où nous sommes allés à Zanzibar et dont je parle dans cet article. L'île se traverse d'est en ouest en 1 heure et nord au sud en 2 heures. Les routes sont plutôt bonnes, et vous aurez le choix entre les dala dala (taxis collectifs) ou prendre un taxi normal


Stone Town

Dans le rues de Stone town
Dans le rues de Stone town

Stone town, ou Zanzibar city est la capitale de Zanzibar. Une ville incroyable, pleine de dédales. Les ruelles très serrés sont construites pour faire échapper les habitants de la chaleur. Le bateau débarque à Stone Town, c'est donc l'étape obligatoire à l'arrivée à Zanzibar.

 

La ville décrépie est ça et là pleine de charme : des bâtiments coloniaux, des anciens palais. Des maison ouvertes et des enfants partout dans les rues. Il y a des vieilles Vespas partout ! Je n'en ai jamais vu autant, même en Italie !

 

Zanzibar est à 99% musulmane et l'influence Omanaise se ressent sur l'architecture. Les portes sont en bois finement sculptées, les odeurs d'épices vous prennent au détour d'une rue... Un bijou historique classé au patrimoine mondial de l'Unesco.

Nous déambulons dans les rues, croisant des descendants d'indiens, d'omanais, et plus tristement des descendants d'esclaves. Mais avec tous ces enfants dans les rues, il règne tout de même une joie simple et incroyable.

 

Au coucher du soleil, allez dans l'ancien consulat britannique sur la plage. C'est un endroit emblématique de Stone Town, transformé en Bar / Dancing, l'escalier en bois est impressionnant et le coucher du soleil imprenable. Le tout, en buvant une Kilimanjaro, ou une Serengeti les bières locales.

Dans les rues de Stone town
Dans les rues de Stone town

Night Market de Stone Town : notre passion pour les Zanzibar Pizzas

Immanquable : faire un détour par le marché de nuit, dans le centre ville de Stone Town, face au port , ou vous trouverez toutes sortes de brochettes, samossas, beignets, ou encore mon préféré la fameuse  Zanzibar Pizza : sorte de pastillas à la viande et aux épices. Délicieux.

 

Tout est très frais, mais il vaut mieux éviter les coquillages/crustacés. La spécialité est le jus de Canne à sucre, de nombreux vendeurs ambulants pressent devant vous des cannes pour en extraire un jus très sucré .

 

Le marché de nuit vaut vraiment le coup, les prix vont quant à eux du simple au double.

 

L'arnaque typique (et on s'est fait avoir) et de vous faire choisir sur les étales une dizaine de brochettes sur des pics, et de convenir du prix : le vendeur vous dit pas de soucis ! Allez vous asseoir je vous les réchauffe sur le barbecue et vous les apporte.

10 minutes plus tard il vous ramène une assiette, mais sans les pics en bois : dans laquelle il a découpé toutes les brochettes en morceaux... et en a enlevé une bonne partie, c'est flagrant.. Vous payez donc pour manger la moitié de ce que vous avez choisi initialement.

C'est encore une fois assez énervant car ils n'en démordent pas et nient. Ils font tous ça, donc la seule solution est de rester à côté d'eux quand ils font cuire les brochettes.  

Dans les rues de Stone town
Dans les rues de Stone town

Stone Town est aussi tristement célèbre pour ses Sugar man.. Plaque tournante de l'Héroïne, nous voyons de nombreux zombis , errants , en quête de la prochaine dose de brown sugar.. Une statistique alarmante annonce que 10% des hommes sont accros à l'héroine, qu'ils fument au quotidien. 

 

Nous dormons dans une guest house : à Malindi, qui est très modeste mais possède un super Roof top avec vue sur le port de pêche local . Très agréable car en hauteur il y a de l'air, et une vue sur les toits de la ville de pierres. Nous sommes accueillis par un sugar man repenti, a qui il manque un oeil.

Il y a un restaurant Syrien (et tenu par un Syrien) dans la guest house. . Je parle avec lui car je suis curieuse de savoir comment diable un Syrien avait atterri à Zanzibar..? Il me raconte son histoire, la guerre au pays, et me dit qu'il a atterri en Tanzanie suite à un salon pour lequel il avait obtenu un visa business. Il n'est plus jamais rentré à Damas depuis 3 ans. Il a un frère en Allemagne, mais ses parents sont toujours à Damas . Il finit quand même par me dire qu'il n'aime pas Zanzibar que tout le monde est malhonnête et l'arnaque.. Il veut partir pour l'Ethiopie ou l'un de ses amis l'attend .  


Matemwe

Sur la plage de Matemwe
Sur la plage de Matemwe

Le circuit touristique voudrait que nous allions à Nungwi, au nord de l'île où se trouvent 80% des bungalows et resorts. Mais nous allons plutot à Matemwe, petit village de pecheur à l'est de Zanzibar. Matemwe est un petit paradis.

 

Après avois pris le Dala Dala taxi collectif local, au prix imbattable 2k Tzs/personne (soit un peu moins d'un euro) , nous arrivons à Matemwe après 1h30 de route depuis Stone Town.

Ici tout est très sauvage, le village de Matemwe, est fait de huttes en terre et aux toits de paille. Des canards et des poulets partout. Les femmes sont dans les maisons, et les hommes vont pêcher toutes les nuits au large.

Nous assistons avec enthousiasme depuis notre guest house Keys Bungalow au débarquement des pêcheurs, et au joyeux spectacle des enchères aux poissons. La prise du jour contient des poulpes, encornets, King fish, bonnites et toutes sortes de poissons colorés... Il règne dans ce village, une ambiance décontractée, loin de la ville.

 

Quelques beach boys nous abordent quand même  : "Rafiki  , Rafiki !!" (Encore un clin d'oeil pour Disney : Rafiki -> Ami en Swahili)  , pour savoir si par hasard : on voudrait faire du snorkeling, aller dans la forêt de Jozani, ou louer un scooter ? Bref tout ce qui pourrait leur rapporter une petite commission . Le coeur léger on se balade sur la plage, qui, avec un coefficient de marée énorme est incroyablement éloignée.. Hakuna matata . 

Plonger et passer son PADI à Zanzibar

Tortue dans les fonds de M'nemba
Tortue dans les fonds de M'nemba

Nous passons les 3 jours suivants, à passer notre PADI open water au large de l'atoll de M'nemba , îlot paradisiaque , mais privatisé par un groupe hotelier pour de riches touristes. -> M'nemba 

Les fonds et tombants sont eux toujours publics, ouf ! Ils sont incroyablement beaux, entre coraux colorés, tortues et dauphins, c'est une des plus belles plongées d'Afrique .

 

On a de la chance d'être seuls pour passer le PADI, beaucoup plus agréable qu'avec un groupe de 12 personnes. Ce n'est pas la première fois que l'on plonge, mais la première fois que l'on prend le temps de passer notre niveau 1 car , entre théorie et pratique il faut bien 3-4 jours ! Nous plongeons 2 fois par jour, et c'est bien fatiguant.

Notre dive master : Kibuah, est exceptionnel, et je le revoie toujours dans ma tête avec ses joues rebondies et son sourire white nous dire: "Diving is fun !" 

PADI en poche nous quittons nos amis de Keys Bungalow, ce petit paradis, pour partir au sud-est  : direction Paje et Jambiani....

Le diplôme nous a couté 300$ chacun, ce qui est un plutôt bon prix. La marque PADI prend environ la 120$ sur chaque diplôme, le reste c'est le matériel l'essence et la marge.


Paje et Jambiani

La plage de Paje
La plage de Paje

Paje et Jambiani sont situés à 1h de stone Town, et également à la même distance depuis Matemwe dont nous arrivons .

Ces deux villages sont beaucoup plus touristiques que Matemwe, et de nombreux bungalows longent la plage.

 

Néanmoins, l'endroit reste superbe : Plage de sable blanc sur des kilomètres , ou encore une fois la mer , avec la marée est à 2km au large une bonne moitié de la journée.

 

Paje est le village de la fête, chaque soir, un établissement propose sa "party" l'ambiance est bonne enfant, et des centaines de personnes y déboulent. Paje et Jambiani proposent de nombreux spots de Kite Surf, car le vent souffle une grande partie de l'année.

 

On se pose au "Summer Dream", lodge tout neuf,  tenu par une hollandaise qui s'est amouraché d'un local. On nous racontes ses frasques et le fait qu'elle ai du graisser la pate de beaucoup de personnes pour s'installer ici . Comme elle était sur le point d'accoucher nous ne l'avons pas rencontré, mais son lodge composé de 6 bungalows et d'un dortoir était tout simplement génial : l'espace bien pensé est conçu en matériaux locaux , les employés attachants, le petit resto délicieux ...

 

Le climat est encore plus chaud que ce que nous avons connu jusqu'à présent. Ici avec le vent, aucun nuage en vue et le soleil est de plomb. Tellement , qu'à certaines heures de la journée, il est difficile de mettre le nez dehors . On a eu énormément de chance car c'était le début de la saison des pluies (gout du risque oblige) heureusement : il n'y a eu qu'un jour de pluie sur dix jours passés là bas. 

 

On se lie d'amitié avec Omar, un tanzanien qui dort dans notre lodge et tient un club à Arusha. Il vient passer ses vacances à Zanzibar pour faire la fête.  Très pratique il connait tous les endroits sympa et nous emmène partout où il faut ! 

 

La journée nous allons surfer à Dongwe, un spot en mer, à quelques kilomètres de Paje . Le spot est accessible en bateau, et parfait pour moi : à marée basse les vagues sont petites, et on a a pied.  Mais il fait tellement chaud que même avec nos lycras on brule !

 

Omar nous emmène dans un endroit près de Michamwi et de The Rock le fameux restaurant très touristique , pour le coucher du soleil . Quelques fruits sont suspendus , musique reggae au bar, rastaman accoudés au comptoir : le temps s'arrête. .. Paje et Jambiani restent le coup de coeur du voyage et on termine notre séjour la bas en beauté... Alors prêts pour l'îles aux épices ?

 

HAKUNA MATATA à ZANZIBAR 

Écrire commentaire

Commentaires: 3
  • #1

    ZK (mardi, 05 avril 2016 10:36)

    UN VOYAGE GENIAL ET UNE DESCRIPTION QUI DONNE ENVIE D Y ALLER

  • #2

    Maaarie (vendredi, 09 septembre 2016 19:14)

    Superbe article ! J'ai bien envie d'y aller ! Avec quel club avez vous passé votre PADI ?
    Vous le conseillez ?

  • #3

    Pinarelle (jeudi, 15 septembre 2016 14:28)

    Salut Marie ! Oui je recommande : nous avons pris Seahorse diving à Matemwe. Il y a plusieurs Club sur l'île donc ça dépend où tu seras. Les fonds sont magnifiques du côté de M'nemba en tout cas, enjoy !