Les Emirats : Dubaï et Abu Dhabi

Un Cheikh en affiche aux Emirats
Un Cheikh en affiche aux Emirats

Les Emirats...Dubai, Abu Dhabi, ou encore Sharjah. Ce petit bout de terre, où tout sort de terre (enfin du sable) à vitesse grand V. 

Après être passée de nombreuses fois à Dubai en escale pour l'Asie sans jamais vraiment m'arrêter, cette fois-ci c'est la bonne ! L'occasion de voir comment le quotidien se passait au pays de la clim'.

J'avais en tête plusieurs a priori. Le côté bling bling, et la chaleur écrasante; une société un peu spéciale tournée sur l'argent et le pétrole...  Nous voilà débarqués à Dubaï en plein mois de Décembre, heureusement là bas l'hiver il ne fait que 25 degrés

Mais le reste de l'année des chaleurs écrasantes s'abattent et tournent plus autour de 40 degrés. 

 

Ce qui me frappe en premier, c'est qu'aux Emirats rien ne se fait à pied.. Tout le monde est en voiture, 4X4 ou SUV de préférence, et vitre teintées de mise. Ce qui s'explique d'un côté, par le climat désertique, mais aussi par le fait que tout est très récent - les plus vieux buildings ont à peine 20 ans - et donc étalé sur des dizaines de kilomètres. 

DUBAI

Tours de Dubai Marina
Tours de Dubai Marina

Nous dormons à Umm Suqueim 2, un quartier résidentiel non loin de Burj Al-arab, la tour en forme de voile symbole de l'expansionnisme de Dubai construite en 1999.

 

Premier contact avec le chauffeur de taxi d'origine Pakistanaise, (comme la plupart des autres taxis).

Il faut savoir qu'aux Emirats la main d'oeuvre : taxis, ouvriers, maids, petites mains, originaire du Pakistan, du Bangladesh, ou des Philippines est omniprésente.

 

Engagés à la source depuis chez eux, ils obtiennent contrats et visas, travaillant 10 à 11 mois sur 12. 

Ils envoient l'argent gagné au pays dans le meilleur des cas, et dorment dans des logements communs avec leurs compatriotes. Le reste de l'année environ un mois, les plus chanceux d'entre eux qui ne se sont pas vu leur passeport confisqué, ou ont déjà remboursé leur dette, rentrent chez eux.  Les Philippin(ne)s qui sont le plus souvent maids ou hommes à tout faire, logent, avec leurs employés et sont disponibles 24/24h. Ici le travail rivalise avec ce que l'on connaissait sous un autre mot il y a encore 200 ans. Appelez cela comme vous voulez, c'est un fait.

Dubai est une ville très moderne, difficile de trouver quelque chose que l'on pourrait appeler "authentique". C'est propre, tout est neuf. 

La plage proche de Burj Al-Arab est étonnamment agréable, grande, large, et l'espace public attenant est très bien entretenu. C'est un des seules plages publiques de Dubaï, je précise publique, car beaucoup sont annexées par les Hôtels les plus luxueux et il faut pour s'y rendre accéder à l'hôtel via le restaurant ou le bar.

 

The Palm et Dubai Mall

Le lendemain nous visitons The Palm Jumeirah, ce terre plein gagné sur la mer et que l'on voit depuis l'espace (du moins google maps..)

Il y a une deuxième palme en construction The Palm Jebel Ali, toujours en travaux, et qui comme The World, complexe d'île privées non loin a pris du retard depuis que la crise a frappé en 2008/2009.

 

The Palm c'est beaucoup plus grand que je ne l'avais imaginé. 

Petite allées avec villa vue sur mer ? Non. On y arrive via une 4 voies, avec des immeubles à droite et à gauche, aucune vue sur la mer, très loin de l'idée que je me faisais.

Nous faisons le tour de la palme en voiture en passant par Atlantis, le fameux hôtel que l'on voit partout .

Je ne suis pas rentrée dans Atlantis, outre l'effet carton pâte de l'extérieur, il y a à l'intérieur un immense complexe hôtelier dont raffolent les moyens orientaux, ainsi qu'un parc d'attraction et de nombreuses autres infrastructures. C'est complètement démesuré !

Nous nous arrêtons boire un verre (jus de fruits..) dans un hotel qui a une superbe vue sur la baie de Dubaï.

 

Nous visitons également le souk Madinat, encore un endroit carton pâte avec un marché qui n'a d'authentique que le nom, des gondoles comme à Venise et des faux canaux. Décidément quel drôle de goût sévit ici.

 

Nous visitons aussi le Dubai Mall, avec son Aquarium Géant. Surement le plus grand du monde. On sent d'une manière générale que les gens font tout à l'intérieur, il y a très peu voir d'activités extérieures.

Néanmoins nous passons près de l’aéroport par un quartier d'entrepôt un peu plus "underground" où quelques galeries et magasins Bio sont installés.

Il y a beaucoup d'expat à Dubai, le "No tax oblige", de nombreux Occidentaux sont installés ici , mais pas vraiment mêlés à la vie locale. Dans la vie quotidienne : il y a les Emiratis d'un côté, les Pakistanais & Philippins, et les Expats de l'autre. Tout ce monde se croise mais ne se côtoie pas vraiment.

 

Il faut payer une licence pour pouvoir acheter de l'alcool dans une boutique spéciale, et ce n'est pas la chose la plus facile à obtenir. Sinon pour les autres, il faut aller dans un autre émirat au nord de Dubai, dans une boutique appelée Barracuda, et traverser l'Emirat de Sharjah, dans lequel il est néanmoins interdit d'avoir de l'alcool sur soi ou même dans sa voiture. A vos risques et périls.

 

 

BEST OF DUBAI

Restaurant libanais sur la Marina
Restaurant libanais sur la Marina

1La Marina de Dubai :

 

La Marina restera mon endroit préféré de la ville.  Lieu emblématique, très agréable, et une fois n'est pas coutume faisable (en partie) à pied. On déambule au bord de l'eau, l'espace y est particulièrement bien aménagé et il y pleins de terrasses et de restaurants. Peu-être mon côté Européen qui ressort ?

 

Tenez-vous bien, une fois achevée elle sera la plus grande marina du monde avec plus de 200 immeubles, logeant quelques 120.000 personnes.

Mais le fait de pouvoir être, pour une fois à l'extérieur et à pied dans cette ville est réellement appréciable. et agréable.

 

2. Food food Food !

 

Ce qui est aussi intéressant à Dubaï et dans les émirats, c'est qu'ils n'ont pas vraiment de spécialité culinaire, vous trouverez tous les favoris "western style" et surtout de la cuisine Libanaise / Indienne.

Les restaurants quant à eux sont d'une manière générale bizarrement bon marché. La cuisine Libanaise et Indo/pakistanaise, omni présente est d'une finesse incroyable. Le poisson est d'une fraîcheur incomparable. (Il y a rarement de l'alcool à la carte)

 

Il y a plusieurs restaurants Libanais sur le Marina walk de Dubai, une escapade au bord de l'eau. Je n'avais jamais mangé de la cuisine Libanaise si originale et si bonne. Poissons, pistache, grenade, ail, tant de saveurs et de fraîcheur. Par contre les restaurants entourant Burj Khalifa et les fontaines,  font moins rêver, les prix y sont élevés et la cuisine n'est pas au rendez-vous.

 

3. Les plaques d'immatriculation

 

Les plaques d'immatriculation sont une vraie folie à Dubaï et dans les émirats.

Elles s'achètent à prix d'or, le but étant d'avoir le plus petit numéro sur sa plaque. La famille de l'Emir possède les premiers numéros, et ceux qui suivent appartiennent à de très riches Emiratis.

Il y a vraiment un jeu étrange d'appartenance à la haute société avec la plaque. Il ne suffit plus d'avoir une belle voiture. Sur la route, on peut ainsi croiser une Bentley , déjà signe de richesse extérieur, mais portant seulement le numéro 2500.

La plaque Numero "1" a quant à elle été vendue 14 millions USD, et la plaque portant le numéro 5, (seulement) 5 millions USD. Prise au jeu, le plus petit numéro que nous avons vu était le 11.. Vitres teintées bien entendue.

  


ABU DHABI

La mosquée d'Abu Dhabi
La mosquée d'Abu Dhabi

Ici tout brille, ça s'appelle Abu Dhabi.

 

L'émirat d'Abu Dhabi est situé au sud, à environ 1h30 en voiture de Dubaï. C'est le plus grand des émirats (et aussi le plus riche), Abu Dhabi possède 8,6% des reserves du pétrole mondial.

Vous aurez compris, entre distributeur de lingots d'or (photo ci dessus) et pétrole, l'argent coule à flot.

 

Nous avons visité seulement la capitale de l'émirat du même nom, mais cependant plus de 85% de l'émirat est (encore) du désert.

La mosquée d'Abu Dhabi est un incontournable de la ville, terminée en 2007, elle porte le nom de Sheikh Zayed (oui comme 80% des autoroutes, lieux, et monuments des Emirats) du nom du premier président des Emirats Arabes Unis.

La mosquée est immense. Des dizaines de visiteurs s'y bousculent. Après avoir enfilé des habits longs et cheveux couverts pour les femmes, vous pourrez visiter cet immense édifice orné de lustres majestueux et de matériaux précieux.

Nous faisons après cela un tour sur la corniche qui longe le rivage, et louons des vélos. Plusieurs très hauts buildings, mais la skyline n'est pas aussi effrontée qu'à Dubai.

Envie de démesure ? Un petit détour dans l'hotel le plus cher du monde : Emirates Palace, non loin de là. Il aurait couté plus de 3 Milliards d'euros à construire. (Vous aurez remarqué qu'aux Emirats on aime les records) Dès le parking vous n'en reviendrez pas de toutes les voitures de luxe faite avec toutes sortes de matériaux tous plus cher les uns que les autres. A l'intérieur ? Lustre en Cristal Swarovski, Ascenseur en Or 24K...

 

Tiens d'ailleurs : Une envie subite d'Or ? Pas de panique, dans le lobby de l'hotel se trouve un distributeur (Gold ATM) qui vous délivrera la quantité de métal souhaitée selon le cours de l'or en direct. Sauvés.

 

Envie de partir loin de la frénésie des Emirats ? Le lendemain nous partons à Oman, dans la péninsule de Musandam. C'est par ici !


Écrire commentaire

Commentaires: 0